Les maisons rouges du CIL

Le Galon d'eau vu du boulevard Gambetta AmRx

Le Galon d’eau vu du boulevard Gambetta AmRx

Dans le cadre des Passages de Mémoire, les Maisons rouges du CIL, une présentation des premiers immeubles d’appartements réalisés par le CIL à Roubaix de 1947 à 1953.

Introduction, rappel historique

Quand Jean Bernard prend rendez-vous avec Mademoiselle Anastasie1, deux mondes qui se croisaient peu jusque-là se rencontrent sur un sujet important, la question du logement. l’allocation logement et la cotisation patronale du 1 % qui permettra la création du CIL (Comité Interprofessionnel du Logement).

Le 1er juillet 1942, en pleine occupation, est fondé le Syndicat Patronat Textile, en rupture avec l’ancien Consortium et les nombreux conflits de l’entre deux guerres. Ce syndicat crée en son sein plusieurs commissions, dont celle du logement, dont la présidence échoit à Albert Prouvost. Les premiers statuts du CIL datent de 1943, et ils associent le patronat et la municipalité, au moins dans l’esprit car la gestion paritaire ne concernera que les syndicats ouvriers (CGT FO et CFTC) et patronaux.

Le CIL organisme sans but lucratif, complète le financement des différentes sociétés HBM et permet d’acheter des terrains sur lesquels seront érigées des constructions neuves pour remplacer les courées2.

Une réserve foncière de 60 hectares est établie en quatre ans (1943-1947). En 1946, une exposition de plans d’architectes et de photos est organisée à Roubaix, et « la cité expérimentale du Congo » de Mouvaux est édifiée, comme un véritable catalogue en dur des futures constructions3. C’est l’un des modèles de maisons de cette cité qui est plébiscité et qui servira pour l’édification des lotissements des trois baudets à Hem, de la cité de débord à Roubaix et de nombre de chantiers de l’époque dans ce coin-là.

Mais ce sont là encore des maisons. Avec le programme du Galon d’eau en 1947/8, va commencer pour le CIL la construction d’immeubles collectifs, avec l’architecte Guy Lapchin, suivi des quatre opérations de la cité des Canaux, du Pont Rouge, de la Potennerie, et du square Destombes, toutes construites sur la base des mêmes plans, de 1948 à 1954. C’est la mémoire de ces constructions que nous allons évoquer.

extrait de la brochure ci-dessousmaisons-rouges

Retrouvez le texte de la conférence en demandant cette brochure à l’adresse suivante : ateliersmemoire@gmail.com

1Albert Prouvost et Victor Provo, leurs pseudonymes respectifs pendant la résistance, raconté par Albert Prouvost dans son livre toujours plus loin Ed La Voix du Nord

2Ibidem p77

3Voir la revue Ateliers Mémoire Mémoires des Ateliers n°1

Posted in Passages de mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.