La grève de 1931, vue par les écoliers de Roubaix

Tout Roubaisien a lu, ou au moins entendu parler du livre de Maxence Van der Meersch, quand les sirènes se taisent. L’écrivain, s’inspirant librement des grèves de 1930 et 1931, y donne sa version des avènements. Sans dissimuler la misère des ouvriers, mais hostile aux syndicats, il rend les syndicats (CGTU et CGT) responsables des conflits ; En fait, début 1931 pour faire face à une crise du textile, les patrons groupés dans le Consortium ont diminué les salaires, qui étaient déjà bien bas. Les ouvriers n’acceptèrent pas, et la grève générale fut décrétée. 114 000 (sur 127 500) ouvriers du textile se mirent en grève, et des affrontements violents se produisirent entre eux et les gardes mobiles, en particulier rue des Longues Haies. Félix-Paul Codaccioni dans L’histoire de Roubaix (1984, Westhoek éditions) écrit : « D. Ley [le directeur du Consortium] doit faire face à une véritable mobilisation ouvrière, ponctuée de nombreuses manifestations. L’une d’elle, celle des 12 et 13 juin organisée par le syndicat unitaire, tourne à l’émeute. De durs affrontements opposent les gardes mobiles et la police municipale aux ouvriers dans la rue des Longues Haies, rue éminemment populaire. De véritable combats, d’homme à homme, se déroulent autour de barricades dressées, avec leurs cortèges de blessés et d’arrestations. »

Freinet et La revue Enfantines

Van der Meersch, bien entendu rend compte de tout cela. Mais nous disposons aussi de témoignages directs, ceux des enfants de l’école des garçons de la rue Ternaux.

Fin des années 1920, un instituteur du midi, Célestin Freinet, développe une nouvelle pédagogie, Il veut une école ouverte sur la vie, une école pour le peuple, basée sur ce qu’il appelle la « méthode naturelle » et le « tâtonnement expérimental ». Pour mettre en pratique ses idées, il utilise quelques techniques ; l’une d’entre elle consiste en l’expression libre des enfants, qui impriment ensuite eux-mêmes leurs travaux. Ceux-ci sont diffusés à l’intérieur de l’école mais aussi dans le réseau d’écoles appliquant les mêmes méthodes. Cela amène Freinet à créer une revue, La Gerbe, « Coorevue d’enfants, Composée et imprimée par les écoles travaillant à l’imprimerie » en 1927.   La diffusion augmentant, l’imprimerie à l’école ne suffit plus, et la revue, toujours composée de textes et de dessins d’enfants est confiée à un imprimeur professionnel. Plus tard, Freinet crée une deuxième revue, Enfantines, dans laquelle il reprend parfois des textes déjà parus dans La Gerbe.

La grève, vue par les enfants de Roubaix

Ainsi le numéro 70 de la nouvelle revue (mai 1935) sous un titre laconique, Grève, donne la vision qu’ont eu enfants de l’école de garçons, 4 la rue Ternaux, des événements de 1931. Ils le disent bien sûr avec leurs mots et leurs dessins.

« On entend plus les sirènes. Les cheminées ne fument plus. Les rues ne sont plus encombrées de gros camions. Les ouvriers sont tout propres. Ils se promènent en habit du dimanche. » Après ce petit passage idyllique, les enfants racontent. Ce qui les a les plus frappé ? La présence des gendarmes et gardes mobiles – c’est tout un pour eux -, vingt-deux occurrences dans un texte très court, leurs chevaux, leurs fusils, le fait qu’ils frappent les gens, bloquent la circulation et imposent le couvre-feu. Les camions chargés de balles de laines renversés par les grévistes. Puis les manifestations bien sûr, avec les drapeaux, les prises de paroles et les chants. La faim, la solidarité, les bons « qu’on peut déposer n’importe où, mais pas au cabaret », les quêtes, les enfants qui partent dans les « cars rouges », accueillis qu’ils sont par des familles d’accueil, et la « débrouille ». Bien entendu on n’y trouve aucune analyse, aucun jugement : ce sont des enfants qui parlent.

Cette brochure fait partie d’un lot d’Enfantines et de Bibliothèque du Travail (autre publication lancée par Freinet pour servir d’appoint à sa pédagogie) donnée à la médiathèque de Roubaix par un de ses amis. On peut la consulter sous la cote Br 4-2853

Bernard Grelle, 8-11-2017

Posted in Roubaix par les livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.