AMMA n°2 : commerces roubaisiens

Introduction générale

L’évolution de l’urbanisme a entraîné celle du commerce. Si la fin des années quarante voit la reprise progressive de la vie quotidienne des roubaisiennes et des roubaisiens, les années cinquante seront la décennie des nouvelles constructions : Le Nouveau Roubaix, la Potennerie, le Pont Rouge voient la réalisation de nouveaux immeubles. Puis interviendront les grandes opérations de rénovation des quartiers insalubres, des Longues Haies jusqu’à l’Alma. La modification de la configuration des quartiers a modifié sensiblement les implantations et les activités commerciales. Les trois ateliers mémoire ont évoqué cette question, avec leur regard particulier.

La rue de Lannoy, en sa partie aujourd'hui disparue Photo NE

La rue de Lannoy, en sa partie aujourd’hui disparue Photo NE

Roubaix a très longtemps été la ville des grandes rues commerçantes, bien achalandées et animées régulièrement par des commerçants implantés depuis de nombreuses années. La destruction du début de la rue de Lannoy pose ainsi la question du remplacement d’une rue de ce type par une surface commerciale d’envergure avec tous les problèmes d’expropriation, de relogement, de transition que cela pose. L’atelier Edouard Anseele s’est ainsi penché sur l’histoire des derniers instants de la première partie de la rue de Lannoy, à sa démolition, et à la création d’un centre commercial transitoire, le Lido.

Le premier supermarché Auchan de France en 1965 Photo NE

Le premier supermarché Auchan de France en 1965 Photo NE

Le Nouveau Roubaix avait déjà donné une réponse à cette question, en gardant le boulevard de Fourmies comme épine dorsale commerciale du quartier, mais en intégrant les commerçants dans les HBM dès leur réalisation. Le quartier des Hauts Champs par contre est conçu comme une cité dortoir, dont l’approvisionnement pose problème. L’apparition du premier supermarché Auchan de l’avenue Motte vient créer une nouveauté qui transformera les habitudes des consommateurs.

Le Coop des Trois Ponts en 1973 Photo NE

Le Coop des Trois Ponts en 1973 Photo NE

La rue commerçante du quartier des Trois Ponts était la rue de Tournai. Tous les commerces de première nécessité y étaient représentés, et la présence des fermes alentour permettait l’approvisionnement en produits frais. La disparition intégrale de ce coin de campagne oblige à repenser totalement l’implantation commerciale. Comment le nouveau quartier s’est-il organisé ? L’atelier mémoire reprend tous les éléments en évoquant la rue de Tournai d’autrefois et la création du centre commercial des Trois Ponts.

Cette revue propose les travaux accomplis par les membres des ateliers mémoire. Le recueil des souvenirs et des témoignages, la lecture de la presse, les recherches en archives ont donné cet ensemble d’informations qui ne prétend pas être exhaustif. Bien au contraire, les ateliers mémoire apportent ces contributions pour qu’elles soient complétées par d’autres, et que toutes ces traces réunies puissent être transmises aux nouveaux arrivants, quel que soit leur âge.

revue n°2

revue n°2

Posted in Publications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.